· 

Se lancer comme indépendant complémentaire...quelle aventure !

Alors voilà, on y est... l’idée me taraudait déjà depuis plusieurs années mais sans jamais se concrétiser. Cette fois, c’est la bonne !

 

Après mûre réflexion, j’ai décidé de franchir le pas et de renouer avec mes premières amours... Aah traduction quand tu nous tiens !

 

Pour ceux et celles qui, comme moi, se demandent comment franchir le pas (et ce, quelle que soit la profession), voici quelques explications des démarches à entreprendre :

 

Se renseigner auprès d’un guichet d’entreprises.

 

Je n’ose imaginer ce que cela devait être avant la simplification administrative ! Maintenant tout est très simple. Vous contactez un guichet d’entreprises qui se fera un plaisir de vous expliquer les différentes démarches à entreprendre.

 

Ouvrir un compte professionnel.

 

Il suffit de prendre rendez-vous à la banque (suffisamment à l’avance surtout si comme moi, vous vous décidez la veille d’un looooong week-end de “pont”). Ce compte sera celui que vous devrez renseigner sur tous vos documents d’indépendant (devis, facture, etc.) et celui sur lequel vos clients devront vous payer (évidemment ! )

 

Se rendre dans un guichet d’entreprises.

 

C’est maintenant le moment de vous rendre au guichet d’entreprises muni de différents documents :

- une copie de votre diplôme pour prouver vos connaissances en gestion,

- un numéro de compte bancaire professionnel,

- une éventuelle dénomination pour votre entreprise (si vous voulez choisir un nom pour votre entreprise, c’est le moment de vous décider),

- les coordonnées de votre siège social (bref, votre adresse -sauf si vous comptez exercer votre activité ailleurs),

- les activités qui seront exercées (consulter pour cela les codes NACE, qui déterminent le type d’activités pouvant être exercées par une entreprise). Un conseil, visez large car si par la suite, vous voulez ajouter des activités, vous devrez payer...,

- une copie de votre contrat de travail ou de votre dernière fiche de paye (pour prouver que vous êtes bien salarié).

 

Il faut savoir que cette inscription a un coût (compter environ 80 euros). Vous ressortirez de là muni d’un document prouvant la création de votre entreprise (vous recevrez d’ailleurs votre numéro d’entreprise). Vous devrez ensuite vous acquitter, tous les trois mois, de cotisations sociales dont le coût varie en fonction de vos revenus: comptez, en début d’activité, 75 euros par trimestre. Attention que le coût augmente fortement si vous dépassez certains paliers de revenus.

 

Se rendre au bureau de la TVA pour l’identification.

 

Quel que soit le type de régime TVA que vous choisissez (régime normal, forfaitaire, de la franchise,...), il faut tout de même vous identifier auprès du bureau. Le guichet d’entreprises peut s’en charger pour vous mais cela aura un coût supplémentaire (comptez environ 60 euros), alors que si vous le faites vous-même, c’est gratuit. Une fois ce numéro activé, vous êtes en règle. Vous devrez ensuite remplir quelques obligations (rentrer une liste annuelle de vos clients, déclarer votre chiffre d’affaire voire rentrer une déclaration TVA trimestrielle selon le régime choisi). Bref, si vous êtes comme moi, prenez un comptable qui se chargera de tout !

 

Choisir un comptable

 

Justement, le comptable, parlons-en ! Vous pourriez éventuellement vous en passer mais ce serait bête : en effet, les honoraires de votre comptable sont déductibles en tant que frais professionnels donc, pourquoi se priver. Il sera capable de vous aiguiller dans vos démarches et vous dire ce qui est le plus intéressant pour vous. Un conseil : classer bien toutes vos factures (entrantes et sortantes) pour faciliter la tâche du comptable. En effet, il est payé à l’heure...

 

Trouver des clients

 

Ben oui, ma foi, après toutes ces démarches, autant trouver des clients ! Il est même préférable de prospecter avant d’entamer vos démarches pour avoir une idée du marché potentiel et pouvoir estimer votre chiffre d’affaires. Oui car on vous posera la question au bureau TVA !

 

Voilà, une fois que tout ça est fait, vous pouvez travailler en toute sérénité. Je vous souhaite bonne chance (et à moi aussi d’ailleurs !) et n’hésitez pas si vous avez des questions