Le client : qui est-il, où se cache-t-il ?

Une fois installé comme indépendant, il vous faut évidemment trouver des clients. L’idéal est que le client vienne à vous, évidemment ! Comme on le sait, tout ne se passe pas toujours comme ça et il vous faut souvent démarcher les clients vous-même. Cette activité prend du temps car on ne se fait pas connaître en un jour…

 

Un seul mot d’ordre : activer et développer son réseau.

 

Un réseau, c’est quoi ?

Votre réseau est constitué de toutes les personnes que vous connaissez (famille, amis, collègues, anciens collègues, amis d’amis…). N’hésitez donc pas à activer votre réseau, à le développer et à l’entretenir.

 

Comment faire ?

(Re)prenez contact avec vos amis, connaissances, (anciens) collègues, proposez-leur vos services et demandez-leur de relayer l’information.

 

Profitez de toutes les occasions pour parler de votre nouvelle activité et pour aller à la rencontre de clients potentiels. N’en faites pas non plus une fixation : inutile de « saouler » les gens en parlant sans cesse de votre activité professionnelle. Tout est une question de timing. Choisissez le lieu et le moment opportuns.

 

Qui dit réseau, dit évidemment réseaux sociaux

À l’heure actuelle, toute entreprise se doit d’être présente sur les réseaux sociaux : Facebook, LinkedIn, Twitter, pour ne citer que les plus courants. Il en existe aussi d’autres comme Pinterest, Google+, Instagram, etc. À vous de voir lesquels sont les plus indiqués dans votre secteur d’activité.

 

La raison d’être des réseaux sociaux est bien évidemment de communiquer. Et quand on communique, il faut le faire de manière régulière. Il faut que les gens apprennent à vous connaître, s’intéressent à ce que vous faites et suivent votre actualité. Cela demande du temps, c’est certain… car il faut tout gérer. Heureusement, il existe des programmes qui peuvent gérer vos publications (p.ex. Hootsuite) et ainsi vous faire gagner du temps. À ce propos, je vous conseille l’article écrit par Mockingbirds Translation à ce sujet (toujours très intéressant). Personnellement, je ne les utilise pas et j’essaie de gérer ça toute seule comme une grande… mais peut-être devrais-je m’y intéresser en fait ?! À ma décharge, Facebook permet aussi de programmer les publications sur sa page ;-)

 

Oui, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour certains ça veut dire beaucoup… il faut évidemment créer une PAGE Facebook et non un profil pour votre activité. En effet, la page offre beaucoup plus de fonctionnalités que le profil. Soit, je m’égare, je m’égare… revenons-en à nos moutons…LE client !

 

Le client, qui est-il ?

 

Il existe deux types de client : le client direct et les agences de traduction.

 

Client direct : Créature assez rare, voire mythique. Le client direct se déniche difficilement et se garde précieusement. Demandez à n’importe quel traducteur, vous verrez.

 

Agence de traduction : Acteur incontournable pour les traducteurs indépendants. Source de revenus indéniables.

 

Avantages du client direct :

 

- Vous pouvez facturer à votre tarif normal (contrairement aux agences qui vous paient moins). En effet, comme il n’y a pas d’intermédiaire (réviseurs, éditeurs, etc.), le client vous rémunère pour vos services. Évidemment, vous devrez peut-être faire face à la concurrence et justifier votre tarif auprès du client. Dans ce genre de cas, il faut pouvoir se vendre. Si le client direct fait partie de votre réseau direct, ce genre de problème ne se pose généralement pas.

 

- Le client direct est facilement accessible : en cas de question ou de remarques sur le texte, vous pouvez directement le contacter et lui poser la question. Et croyez-moi, cela arrive souvent et il n’est pas rare de devoir envoyer un mail ou appeler le client pour lui signaler qu’il y a des erreurs dans son texte ou qu’un passage vous paraît étrange. Si votre client est l’auteur du texte, c’est très facile. Dans le cas contraire, il saura à qui s’adresser pour relayer votre question.

 

- Quelle meilleure publicité qu’un client satisfait ! En effet, le client direct a tendance à être reconnaissant pour tout le travail fourni et il n’hésitera pas à vous faire de la publicité et de vanter vos mérites dans son propre réseau.

 

Inconvénients du client direct :

 

- Le client direct (sauf exception) sera certes régulier mais il ne suffira pas à vous faire vivre. En effet, il vous enverra peut-être régulièrement du travail mais à moins d’être le PDG d’une très grande entreprise, il est fort à parier que cela ne suffira pas à vous octroyer une rémunération digne de ce nom.

 

- Le client direct n’est pas toujours fidèle (contrairement à ce qu’on pense). Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce manque de fidélité : il a changé de secteur d’activité et n’a plus besoin de vos services, il s’est fait démarcher par un concurrent, etc. Avouons-le, en tant que traducteur indépendant (qui plus est, complémentaire) vous ne pouvez pas toujours rivaliser avec les agences de traduction, en termes de moyens, de délais, de ressources, etc. Il arrive donc qu’un client vous abandonne au profit d’un autre traducteur ou d’une agence de traduction. Tout dépend de ses besoins et de ses attentes.

 

Avantages des agences de traduction :

 

- Le gros avantage des agences de traduction c’est le volume de travail qu’elles génèrent. En effet, si votre travail leur donne satisfaction, elles n’hésiteront pas à vous confier une charge de travail régulière, ce qui sauvera vos finances.

 

- Vos traductions sont (la plupart du temps) relues par un réviseur. Évidemment, me direz-vous, cela ne doit rien changer à la qualité de votre travail mais comme on le dit : « il y a plus dans deux têtes que dans une ». Il est parfois intéressant de voir les changements qui ont été apportés à votre texte (pour autant que vous ayez du feed-back…) car cela peut vous inspirer pour la suite. Je pars du principe qu’on continue d’apprendre tous les jours et c’est là une nouvelle occasion d’apprendre.

 

- Les grosses agences disposent généralement d’une plateforme en ligne qui vous permet de gérer très facilement vos demandes de travail et tout l’aspect administratif, comme les factures. Cela peut paraître anodin mais c’est parfois bien utile de gagner du temps sur ce genre de tâches chronophages pour se concentrer sur notre métier : traduire.

 

Inconvénients des agences de traduction :

 

- Le gros inconvénient des agences de traduction, c’est le prix. Vous êtes toujours libre de donner vos tarifs mais il faut bien souvent les revoir à la baisse si vous voulez qu’on fasse appel à vous souvent (n’oublions pas que la concurrence est rude). En y réfléchissant, c’est logique : l’agence vous fournit du travail régulier, elle se charge de la paperasse et elle doit rémunérer les réviseurs, éditeurs, etc. Certaines agences paient bien sûr mieux que d’autres, c’est à vous de voir.

 

- Les agences vous font généralement passer un test de traduction (non rémunéré). Ça peut se comprendre évidemment, personne n’aime acheter un chat dans un sac. Il faut rester cohérent et ne pas accepter de traduire un test kilométrique : les tests comptent généralement 250 à 300 mots. Attention aux arnaques : certaines agences mal intentionnées s’amusent à envoyer plusieurs parties d’un même texte à plusieurs (jeunes) traducteurs, en guise de test, dans le seul but d’avoir leur texte traduit gracieusement. Heureusement, il existe plusieurs black lists qui mentionnent le nom de ces agences peu scrupuleuses. Certains traducteurs se refusent de travailler pour des agences par principe ou à la suite d’une (ou plusieurs) mésaventure. C’est une question de point de vue.

 

- Autre inconvénient : vous ne pouvez pas contacter l’auteur du texte en cas de questions ou de remarques. Tout doit transiter par le Project Manager. Généralement ça se passe bien : le Project Manager contacte le client et vous tient informé de sa réponse mais cela peut entraîner une perte de temps. À ce propos, les agences vous demandent souvent de signer un accord de confidentialité dans lequel vous vous engagez à respecter certaines obligations (dont celle de ne pas contacter directement l’auteur). Pensez toujours à bien lire avant de signer.

 

Conclusion

Vous l’aurez compris, le client parfait n’existe pas… le plus important c’est d’avoir des clients satisfaits ! En effet, ce sont vos clients (clients directs ou agences) qui constituent votre meilleure publicité….

 

La traduction est un secteur qui connaît une forte concurrence et certains n’hésitent d’ailleurs pas à casser les prix pour appâter le client. Vos (futurs) clients doivent apprendre qu’un travail de qualité a un prix. Le client est roi oui mais vous devez garder votre intégrité et ne pas hésiter à refuser des tarifs trop bas. C’est une question de respect du métier. N’hésitez pas à afficher la couleur dès le départ et vous verrez, cela finira par payer. Il est certes très tentant de céder à toutes les offres en commençant, de peur de ne pas avoir suffisamment de clients, mais tenez-bon et soyez patient et confiant : tout vient à point à qui sait attendre.

 

Et n’oubliez pas, ce sont les clients (me)contents qui font votre publicité, donc choisissez-les bien.