· 

Prête à souffler mes 2 bougies…

Souvenez-vous, il y a un an, je clôturais mon article « Happy First Birthday » par ces mots :

 

« En avant pour une deuxième année qui sera, je l’espère, encore meilleure ».

 

Mine de rien, nous y sommes déjà… Cela fait maintenant 2 ans que je me suis lancée dans cette belle aventure de traductrice freelance.

Alors cette année, a-t-elle été « encore meilleure » que la première ?

Et bien oui !

 

Des (belles) rencontres

 

J’ai eu l’occasion de rencontrer et de discuter avec d’autres traducteurs et traductrices, ce qui est toujours très enrichissant d’un point vue professionnel mais surtout sur le plan humain. Ces rencontres, qu’elles soient réelles (lors de repas, séminaires, événements, etc.) ou virtuelles (réseaux sociaux, etc.) m’ont permis de rencontrer des personnes intéressantes, de discuter, d’échanger des informations et aussi (et non des moindres ;-) ) de dénicher de nouveaux clients (le « réseautage »). Par ailleurs, c’est très amusant de rencontrer des personnes avec qui on communique de manière virtuelle au début ! C’est toujours sympathique de mettre un visage sur un nom. Le traducteur a la réputation d’être une personne plutôt solitaire et isolée et c’est donc toujours très agréable de rencontrer ses pairs (surtout quand on travaille aussi dans le social et qu’on adore parler comme moi ;-) ).

 

Adhésion à la CBTI

 

Ces rencontres et ces contacts m’ont d’ailleurs incitée à adhérer à la CBTI. Qu’est-ce que c’est exactement ? Il s’agit de la Chambre belge des traducteurs et interprètes. Elle a notamment pour mission de représenter et défendre les intérêts de la profession. Elle permet également d'échanger des informations entre collègues (bonnes pratiques, terminologie, conseils, etc.), de profiter de plusieurs avantages (assurance professionnelle, etc.) et de participer à divers ateliers, séminaires intéressants ou à d’autres événements plus informels.

 

Un enrichissement intellectuel

 

Et bien oui, traduire c’est enrichir ses connaissances. Comme le disait Théodore Savory :

 

«La personne qui profite le plus d'une traduction est le traducteur»

 

J’adore cette phrase... c’est tellement vrai. Je pense que c’est ce qu’il y a de plus formidable dans ce métier, c’est qu’on apprend chaque jour de nouvelles choses en traduisant des textes. En effet, il y a non seulement ce que nous apprend le texte en lui-même mais surtout tout le travail de recherche nécessaire en vue de le traduire : comprendre le sujet dont il est question, compiler une liste terminologique en fonction du sujet, chercher les bons mots pour rester fidèle à l’auteur, etc. C’est lors de toutes ces démarches que nous enrichissons nos connaissances.

 

Bref, vous l’aurez compris, cette année fut (encore) une belle année et c’est sans hésiter que je resigne pour une année de plus.